Une enquête sociolinguistique des parlers Kibet, Rounga, Daggal et Mourro du Tchad rapport technique

Statement of Responsibility:
Wolf, Katharina and Mbernodji
Series Issue:
2008-014
Date:
2008
Part Of Series:
SIL Electronic Survey Reports 2008-014
Extent:
56 pages
Abstract:

Du 7 au 27 mars 2003 l’Association SIL a mené une enquête sociolinguistique parmi les Rounga, les Kibet, les Daggal et les Mourro dans les départements du Salamat et du Sila au Sud Est du Tchad avec l’accord du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Les chercheurs se posaient les questions suivantes :

  1. Quelle est la proximité linguistique entre ces parlers?
  2. Quelles sont les attitudes des locuteurs les uns envers les autres?
  3. Quelle est la vitalité de ces parlers?
  4. Quel est le niveau des locuteurs en arabe tchadien?
  5. Quelle est la langue préférée pour l’alphabétisation?

Dans cette intention, ils ont établi et analysé des listes de mots. De plus, ils ont mené des interviews dans des villages représentatifs roungas, kibets, daggals et mourros.

Le kibet, le rounga, le daggal et le mourro peuvent être considérés comme variantes d’une seule langue, avec le kibet, le daggal et le mourro d’un côté et le rounga de l’autre. Leurs locuteurs se considèrent tous comme frères. Les parlers sont vivaces dans les communautés respectives, bien que l’arabe tchadien joue un rôle important dans les villages à populations mixtes le long des routes principales. Dans le cas du rounga, l’arabe tchadien domine dans la plupart des endroits visités de sorte que la vitalité du rounga décroît. L’aisance en arabe tchadien est élevée dans les villages à populations mixtes et le long des routes principales. Pourtant, dans les villages à l’écart, le niveau d’arabe tchadien parmi les femmes est trop bas pour une communication efficace. Pour l’alphabétisation, la plupart de nos interlocuteurs préfèrent l’arabe tchadien en écriture arabe.

Des cartes de la région, des listes de mots et un modèle du questionnaire utilisé sont inclus en annexe.

English Abstract:

From March 7–27, 2003 SIL Chad conducted a sociolinguistic survey among the Runga, Kibet, Daggal, and Mourro in the Salamat and Sila provinces in the south-east of Chad. The research was approved by the Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique of Chad. The research questions were the following:

  • What is the linguistic proximity between the speech varieties of the Runga, Kibet, Daggal, and Mourro?
  • What are the attitudes of the speakers towards each other?
  • What is the vitality of the speech varieties in question?
  • What is the level of Chadian Arabic of the speakers?
  • Which languages do the Kibet, Runga, Daggal, and Mourro prefer for literacy programs?
  • It was concluded that:

  • The Kibet, Runga, Daggal, and Mourro can be considered two varieties of one language with Kibet, Daggal, and Mourro on the one side and Runga on the other.
  • Its speakers consider themselves to be all brothers.
  • The varieties are vital in the respective speech communities, although Chadian Arabic plays an important role in the villages with mixed populations along the main roads. Especially in the case of Runga, 5 Chadian Arabic dominates language use in everyday life in most of the villages visited so that the overall vitality of Runga is decreasing.
  • The level of Chadian Arabic is high in the villages with mixed population along the main roads. However, in the more remote villages, the level of Chadian Arabic is too low for effective communication, particularly among the women.
  • For literacy, Chadian Arabic materials in Arabic script are preferred.
  • In the appendix there are maps of the region, wordlists, and the questionnaires.

    Publication Status:
    Published
    Country:
    Chad
    Subject Languages:
    Content Language:
    Work Type:
    Work Type:
    Subject:
    Sociolinguistics
    Language surveys
    Nature of Work:
    Entry Number:
    9225
    Files:
    AttachmentSize
    silesr2008_014.pdf890.17 KB